Silentium - Motets pour taille

Silentium enregistré par le label EnPhases

SILENTIUM

MOTETS POUR TAILLE

JEAN-FRANÇOIS NOVELLI
ENSEMBLE SÉBASTIEN DE BROSSARD
DIRECTION FABIEN ARMENGAUD

Sortie : 7 mars 2018

01
Sébastien de Brossard / Silentium dormi
02
Pierre Bouteiller / O salutaris Hostia
03
André Campra / Quis ego Domine
04
Henry Du Mont / Allemande
05
Marc-Antoine Charpentier / O pretiosum et admirabile convivium
06
André Campra / Nunc dimittis

Jean-François Novelli : Taille
Stéphan Dudermel et François Costa : Violons 
Stéphanie Petibon :  Théorbe

07
Henry Du Mont / Pavane
08
Marc-Antoine Charpentier / Salve Regina des Jésuites
09
Louis Couperin/ Simphonie
10
Marc-Antoine Charpentier / Lauda Sion salvatorem
11
Pierre Bouteiller / Tantum ergo
12
Suffret / Quando veniam

Yuka Saïtô et Matthieu Lusson : Violes de gambe
Fabien Armengaud : Orgue, Clavecin & Direction 

Image
Image

ÉCOUTER DES EXTRAITS

(...) Cet enregistrement dédié au répertoire de la voix de taille, répertoire trop peu souvent mis en valeur aujourd’hui, est habilement aéré de pièces instrumentales de Henry Du Mont, que Brossard jugeait ‘très excellent’, et de Louis Couperin, dont il rappelle qu’il avait donné un sujet de fugue à Roberday. Un Grand Tour musical donc, qui nous conduit (peut-être) dans la bibliothèque de Matho, mais aussi plus sûrement dans celles de Brossard et de Düben.

Jean Duron

" Ce programme est l’évocation d’une bibliothèque imaginaire, celle de Jean-Baptiste Matho, célèbre chanteur de la Chapelle royale sous le règne de Louis XIV. Un testament musical au tournant du XVIIIe siècle, dans l’univers si particulier du petit motet pour taille (ténor), convoquant tour à tour Charpentier, Campra, Bouteiller, Suffret et bien sûr Brossard, qui nous interpelle par ce magnifique exorde : ‘Silentium. Dormi in hortis dilecta mea. Silence. Dors dans les jardins, mon amour.’" Fabien Armengaud

Fabien Armengaud

À PROPOS DE L'ENSEMBLE SÉBASTIEN DE BROSSARD

Ensemble Sébastien de Brossard
 
Le choix d’un compositeur comme figure tutélaire d’un ensemble n’est pas chose anodine.
Une première rencontre avec Sébastien de Brossard eu lieu en 2003 lors de l’enregistrement de ses trios et cantates.
Depuis, sa musique ne m’a pas quittée et il m’est apparu comme une évidence de placer mon nouvel ensemble sous les auspices de ce compositeur.
 
Pourquoi lui ?
Tout d’abord pour la qualité de sa musique : « De sons diminuez, Brossard, formant ses basses, Fit luire, en ses desseins, de pétillantes grâces. »
Serré de Rieux
 
Ensuite bien sûr pour sa curiosité :
« Quand Brossard de son grand nez 
Les boutiques a fouillez
Il ne reste rien de Sensez
Que d’autres voudroient acheter »
 
Mais également pour sa modestie :
« Il faut que je l’avoüe, la cour est un pays dont je connais si peu les routes et les détours que si quelqu’un n’a pas la bonté de m’y servir de guide, je courerais grand risque de m’y égarer. »
 
Brossard était un passeur.
Puisse l’Ensemble Sébastien de Brossard être à son image.

Fabien Armengaud

Unik Access

Recevez nos News musicales !
Please wait
Restons en contact

-

-

- Facebook

- Instagram

- Twitter

- LinkedIn